La chauve-souris et le syndrome du museau blanc

La chauve-souris et le syndrome du museau blanc

Le syndrome du museau blanc (SMB) est un champignon (ou mycète) qui attaque les parties non poilues telles que le museau, les oreilles ou encore les membranes des ailes de la chauve-souris. Cet organisme connu maintenant sous le nom de Geomyces destructans se développe généralement dans les milieux froids et humides (mines, grottes…) et attaque les chauves-souris pendant leur hibernation en s’introduisant dans leurs tissus.

Les chauves-souris cavernicoles sont les plus touchées car elles demeurent dans des grottes, lieu de prédilection pour la croissance de ce mycète.

Chauve souris saines en hibernation

Depuis l’hiver 2006-2007, ce champignon tue de façon massive dans le Nord-Est américain (environ 15 états) et les provinces du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario et du Québec sont maintenant concernées. Environ 1 million d’individus ont succombé à ce syndrome depuis sa découverte mais la cause exacte de leur mort n’est pas encore clairement établie puisqu’il se pourrait que d’autres élèments aient leur part de responsabilité (virus, bactéries…). En effet, des infections semblables ont été notées dans 3 pays européens dont la France. Des analyses génétiques ont permis d’établir que le champignon américain était le même que celui découvert en Europe sans pour autant avoir  les mêmes conséquences désastreuses sur la population de chauves-souris. Il semblerait que les chauves-souris européennes soient capables de vivre malgré la présence du champignon.

La plupart des espèces de chauves-souris nord-américaines peuvent être affectées par le SMB. Cependant, la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus), la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis), la grande chauve-souris brune (Eptesicus fuscus), la Pipistrelle de l'Est (Perimyotis subflavus), ainsi que la chauve-souris de l'Indiana (Myotis sodalis, absente du Québec), ont été particulièrement affectées dans le nord-est des États-unis et en Ontario. La plupart des espèces touchées par le SMB sont donc insectivores et cavernicoles.

Chauve souris atteinte du syndrome.

Le mode de transmission semble être le contact des animaux entre eux ainsi que le déplacement des chauves-souris d’un lieu vers un autre. Il n’est pas exclu que la présence des humains (visiteurs de grottes…) soit un élément supplémentaire quant à la propagation rapide du syndrome chez la population de chauves-souris.

Pour les personnes pratiquant des activités telles que la spéléologie, il est recommandé d’éviter de fréquenter des lieux connus pour la présence du syndrome mais pour ceux qui ne sont pas encore identifiés, l’étape de la décontamination est fortement suggérée.

Le SMB ne semble pas affecter les humains mais il est très important d’arriver à contrôler la propagation du syndrome puisque les chauves-souris jouent un rôle important au sein des écosystèmes, notamment en contrôlant les populations d’insectes dont certains sont considérés comme nuisibles pour les humains.

Que faire si j’observe des chauves-souris suspectes sur un site?

Vous pouvez participer en signalant toute chauve-souris présentant des signes attribuables au SMB au Ministère des Ressources et Faune Québec au   1 866 248-6936      ou 1 866 CITOYEN

En détails

source: .mrnf.gouv.qc.ca/